Un tuteur très particulier

L’affaire TERRASSON s’ouvre par une plainte contre x déposée par un  tuteur privé, au centre du réseau des tutelles bordelaises. L’histoire de cette tutelle est une des clefs de la compréhension du dossier, illustrant le problème des tutelles dans notre pays.

•  Ce tuteur désigné en avril 2005, arrive sur une affaire sensible déjà signalée à la justice. F.X. BORDEAUX avait en effet porté plainte le 24 mars 2005, un mois auparavant, pour vol sur J.TERRASSON. L’association contre les abus de tutelle créée début 2005, avait elle-même effectué plusieurs recours judiciaires, repris dans la presse locale, concernant entre autre la magistrate qui sera chargée du dossier TERRASSON. Au Palais bordelais, il était difficile d’ignorer ce contexte.

• Et pourtant, la justice désigne auprès de J.TERRASSON un tuteur qu’elle a déjà condamné à deux reprises pour « plusieurs fautes de gestion » dans l’exercice de sa fonction, en première instance, puis en appel le 9 janvier 2006. Une troisième fois, le Tribunal de grande instance le désavouera le 8 juin 2006 en le dessaisissant du dossier TERRASSON.

• Ce tuteur gère un portefeuille hors norme de 300 « clients », alors qu’il est admis aujourd’hui qu’un bon suivi nécessite de ne pas dépasser plus de 50 à 70 personnes protégées. Malgré ses condamnations, il est demeuré et demeure encore le plus important tuteur privé de l’agglomération bordelaise.

• Durant son mandat (dont 9 mois de tutelle durant lesquels tous les comptes bancaires de la personne âgée sont bloqués) il ne versera pas un euro pour faire vivre la personne protégée. Il ne se préoccupe pas plus des moyens de subsistance de J.TERRASSON, de savoir qui la fait vivre et comment.

• Sa seule préoccupation concerne l’inventaire du patrimoine, au point d’accélérer sa mise en vente à quelques jours de la décision du tribunal qui allait le dessaisir. L’affaire venait d’être plaidée (11 mai 2006), il a fallu que l’avocate de J.TERRASSON, Martine MOULIN-BOUDARD saisisse le Tribunal (par un courrier du 19 mai) pour bloquer cette vente organisée avec le concours d’un commissaire-priseur proche de lui.

• Une fois exclu du dossier par le tribunal, il continue à s’intéresser au patrimoine de son ancienne cliente, en particulier en démarchant son notaire, sans aucun mandat.

• Il établit dès sa prise de fonction, une relation suivie avec un commerçant, ancien brocanteur, qui avait squatté un étage de la maison de J.TERRASSON. La police trouvera des objets de valeur, appartenant à la cliente du tuteur, au domicile privé de ce commerçant. Ce tuteur qui se désintéresse du sort de sa cliente, mais pas de son patrimoine, s’acoquine avec une personne qui s’est employée à la dépouiller.

Les tutelles sont un des parents pauvres de la justice qui ploie sous le nombre de dossiers. Comme l’a dit le procureur Eric de Montgolfier à propos des tutelles (France 3, le 1er juin 2011), « Là où il y a de l’argent, il y a du business, et, sans contrôle, tout business peut déraper » C’est joliment résumer cette tutelle, qui bénéficie manifestement d’un statut à part et de solides protections dans le monde des tutelles judiciaires. Il expose cruellement ceux qui l’ont soutenu, en faisant de l’affaire TERRASSON un cas d’école d’abus de tutelle.

Une réflexion au sujet de « Un tuteur très particulier »

  1. Qui est ce tuteur privé ? On veut son nom à ce sadique et dangereux personnage, surtout si il continue de gérer un portefeuille de 300 majeurs protégés !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>