Le poison de l’argent des tutelles/ Une sordide histoire de fric

En 5 ans les tutelles bordelaises vont liquider le patrimoine de J. TERRASSON pour 4 millions €, grâce à l’accord de la justice. Dès l’incarcération de Nicole DUMONT, la justice met J.TERRASSON sous tutelle, alors qu’un tribunal venait de la mettre sous le régime de la curatelle renforcée. La voie est libre pour les tutelles bordelaises qui peuvent enfin mettre la main sur le patrimoine de la personne âgée aujourd’hui de 89 ans. Elle sera dépouillée de tous ses biens, bijoux, objets d’art, tableaux, meubles de collection, tapis, immeubles.

Pourtant, dès le 26 mai 2006, l’avocate de J.T., Martine MOULIN-BOUDARD, écrivait à la présidente du tribunal de grande instance de Bordeaux :« Madame Terrasson… avait, en outre, personnellement fait part à M. RALLION de l’attachement qui est le sien pour ses meubles et objets immobiliers qu’elle avait choisis avec soin avant de les acquérir. Elle vit donc sa décision précipitée de vendre tous ces meubles comme une agression délibérément menée contre elle à des fins qu’elle ne parvient pas à comprendre. » Tout est contenu dans cette correspondance dont la justice ne tiendra aucun compte.

Plusieurs ventes sont organisées, dont deux à l’Hôtel Drouot :

• Le 10 juin 2010, une première vente parisienne permettra de recueillir 1 million €.

• Le 23 mars 2012, une deuxième vente portant sur un nombre très important de lots permet de recueillir 1,828 million €.  En vérité il s’agit d’une véritable liquidation judiciaire. Dans la précipitation, durant trois jours, tout le patrimoine restant est mis aux enchères. Il ne doit rien rester, la santé de Jeannine TERRASSON faiblissant, il s’agit de faire vite.

• Ces opérations effectuées grâce au feu vert de la justice ne feront pas l’objet de reports comptables dignes de ce nom. Les quelques chiffres avalisés par le tribunal correctionnel n’auraient été acceptés par aucun comptable ou commissaire aux comptes. D’autant que les sommes déposées sur des comptes d’épargne dépassent les plafonds légaux autorisés pour les tutelles. La position de la justice bordelaise est incompréhensible. Elle entache la crédibilité de tout un palais de justice, durablement.

• Le total de tout ce qui a été mis en vente depuis 2007, biens meubles et immeubles,  avoisine, voir dépasse les 4 millions €

Ces montants qui n’ont rien à voir avec l’entretien raisonnable d’une personne âgée dépendante en fin de vie, illustrent l’avidité de tout un système qui se nourrit sur les  malheurs des plus faibles. Tutelles judiciaires, intermédiaires en tout genre, marchands de biens mobiliers et immobiliers, chassent en meute guidés par l’odeur de l’argent.

Derrière la façade honorable des tutelles judiciaires, se dissimule un casino spéculatif. Ainsi, une même commode appartenant à J.T., estampillée par un grand ébéniste français, est mise en vente le 10 juin 2010 entre 60 000 et 80 000 €. Pour réapparaître sur le marché le 4 mai 2012, avec une mise à prix de 350 000 €.

Ces faits permettent de comprendre pourquoi F.X. BORDEAUX a été incarcéré dès qu’il a créé l’association de lutte contre les abus de tutelles.

NB: Devant la cour d’appel, François-Xavier BORDEAUX a donné le 20 juin 2012, des informations concernant la gestion des tutelles, et en particulier leurs pratiques d’achat/vente en sous-mains à des prix bradés. Les chiffres qui suivent se passent de tout commentaire. L’Etat et les contribuables sont les premières victimes de cette arnaque judiciaire de grande ampleur:

  1. En 1989, Mmme TERRASSON avait acheté à BIARRITZ un appartement en coeur de ville, près de la plage, 270 000 €. Les tutelles bordelaises, l’ont revendu en septembre 2007, 18 ans après,  264 370 €, soit moins cher que le prix d’achat initial
  2. Fin octobre 2005, la maison de mme TERRASSON, rue de la POMME d’OR, quartier prisé des antiquaires bordelais, a été évalué par l’agence GRISEL de son quartier, 482 215€. Cette maison sera revendue par les tutelles fin 2006, un an après, 249 647€. Soit, à moitié prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>