Abus de faiblesse ?

Quel était l’état de santé réel de J.TERRASSON ? Cette question est le point central de l’accusation d’abus de faiblesse. J.T. était-elle entre 2005 et 2007 en état de vulnérabilité ? La réponse est non. L’accusation a balayé tout ce qui n’allait pas dans son sens, écartant unilatéralement, au mépris de la plus simple des évidences, tous les témoignages confirmant la lucidité et la capacité de J.T à se déterminer elle-même. Les quelques témoignages suivants parmi les plus significatifs apportent une autre lecture du dossier  (les numéros entre parenthèses sont les cotes du dossier) :

Avis médicaux de médecins neurologues les plus reconnus de Bordeaux :

 • Dr Rigal (808) 17-01-2005 « Mme T. est tout à fait apte à prendre des décisions de vente d’immeuble et de gestion de ses biens»

• Dr Boueilh (803) 29-03- 2005 «  Mme T. est affectée d’un affaiblissement pathologique dû à l’âge. Son état ne nécessite pas de mise sous tutelle, à la rigueur une mesure de curatelle. »

• Dr Bourgeois  (1730) 13-06- 2005 évoque la dimension dépressive de l’état de Mme T.

• Dr Goumilloux (1909) 28 septembre 2005 « Mme T. connaît de légers troubles mnésiques mais la présence de Mme Dumont qu’elle présente comme une amie très ancienne et en qui elle a toute confiance lui suffit. Elle apparaît parfaitement orientée dans le temps et dans l’espace. Elle lit et écrit sans difficultés. Elle présente le témoignage d’une évolution de la maladie d’Alzheimer dont la symptomatologie est aujourd’hui largement améliorée par des traitements spécifiques. Sa symptomologie est surtout dépressive. »

• Dr Dumont (1807) 28 mars 2006 (Sans lien de parenté avec N.Dumont) « Mme T. est une personne très cultivée, de présentation impeccable. Elle garde un humour très agréable, mêlé à une certaine sagesse. Elle reste bien cohérente, elle n’est pas désorientée, n’a pas de troubles du langage et de la compréhension. Les résultats des tests neurologiques ne sont pas mauvais et m’interrogent sur la mesure de protection prise antérieurement. Je n’ai pas noté de manque dans l’accompagnement médical et humain de cette dame. Elle dit être très satisfaite de la compagnie de son amie. »

• Dr Beloussoff (280) 23 janvier 2007. « Mme T. souffre d’une maladie d’Alzheimer depuis un an environ pour laquelle elle est soignée, qui entraîne une perte de mémoire importante. Elle répond néanmoins bien aux questions. Elle pourrait vivre seule dans son appartement. »

(Cette attestation, qui fait suite à une longue exploration clinique, est postérieure à l’interpellation de Mme Dumont qui s’occupait d’elle jusque là).

• Avis du médecin traitant (Dr Gayet) dans ses auditions (649) « Mme T. était sujette compte tenu de son âge à des problèmes de mémoire, mais elle avait toute sa tête et son caractère »

(2228) « Mme T. n’était pas affectée d’une maladie d’Alzheimer, plutôt à la fin des signes précurseurs d’une démence sénile ».

(Note : le Dr Gayet a été placé deux jours en garde à vue, menacé de prison préventive et d’interdiction d’exercer par les policiers s’il n’allait pas dans le sens d’une reconnaissance de l’incapacité de sa cliente)

Avis de proches. Parmi plusieurs dizaines :

• Mme L., infirmière gérontologue, voisine de palier de J.T. du 30 Mai 2005 au 30 juin 2006 (508) « Mme T. que je voyais régulièrement me donnait l’effet d’être une femme à l’intelligence redoutable. A aucun moment elle ne m’a donné l’effet d’être diminuée intellectuellement. Mme Dumont et Mr F.X Bordeaux étaient très dévoués à Mme T. et cette dernière m’en parlait avec reconnaissance »

(Note : Mme L. et son mari lors de cette audition ont été menacés par les policiers venus l’interroger pour la convaincre de faire une déposition à charge, comme de nombreux autres témoins, ce qui a été rappelé par les intéressés à l’audience).

• Mr D., expert (516) « J’ai vu Mme T. à plusieurs reprises chez elle. Elle était tout à fait lucide et semblait avoir toute sa tête.

Je n’ai pas constaté chez elle de manque de lucidité. Elle m’a mouché sur des détails alors que nous parlions de porcelaines »

Avis du notaire et du banquier suisse.

• Me Dambier, (2241) notaire qui a reçu le testament de Mme T.  (Avril 2005) « Mme T. m’est apparue comme parfaitement capable d’exprimer ses volontés. Je n’ai pas douté de sa sincérité et de sa volonté. Elle m’a paru bien. Elle avait même un langage assez vert. »

( Note. Comme le Dr Gayet, le notaire a été harcelé par la police, tous ses ordinateurs ont été saisis, plusieurs perquisitions ont été effectuées dans son étude, il a été l’objet de menaces d’interdiction d’exercer s’il n’allait pas dans le sens souhaité par les enquêteurs).

• Mr X, banquier suisse chez Lombard Odier. (2260), compte rendu  de sa rencontre avec Mme T. le 27 septembre 2005 saisi dans son dossier. « Mme T est vive et caustique, en possession malgré son âge de tous ses moyens. Elle se montre très cultivée dans des domaines inattendus. Elle a rédigé une thèse sur la création d’usines de porcelaines par Mme de Pompadour. »

Tous ces témoignages ont été systématiquement ignorés par l’ensemble des magistrats bordelais qui n’ont retenu que la thèse fabriquée dès le premier jour. En outre, 27 écoutes téléphoniques entre Mmes Dumont et Terrasson, passées entre les mois d’octobre 2006 et janvier 2007, très révélatrices de la relation entre les deux femmes, ont été occultées volontairement par les policiers parce qu’elles allaient à l’encontre de l’accusation. Comme l’ensemble des témoignages, ces échanges téléphoniques montrent :

• Que Mme T., à ce moment tardif des événements est encore parfaitement capable de soutenir des conversations complexes.

• Que les relations entre les deux femmes sont marquées par une forte et réciproque affection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>